La prolifération des méduses

P. noctiluca Roland BachL’augmentation de la prolifération des méduses est une préoccupation grandissante.En effet, certains scientifiques pensent observer un très fort accroissement mondial quand d’autres pensent que les variations dépendent des cycles naturels.Néanmoins, la crainte reste la même : celle qu’un jour la masse des méduses dépasse la masse des poissons, dominant par la suite l’étendue des océans.Aujourd’hui, les essaims de méduses peuvent déjà atteindre des tailles si importantes qu’ils sont visibles sur les images satellitaires et causer des dégâts importants pour la pêche, l’aquaculture ou le refroidissement des centrales. En novembre 2007 une nappe dense de Pelagia noctiluca de 16 km2 x 11m de profond ont submergé les cages d’une ferme aquacole en Ireland, tuant 100 000 saumons pour une perte d’environ 1 £ M.Cette multiplication de méduses est autant plus inquiétante qu’ils sont des prédateurs voraces des œufs et larves de poissons.De surcroît, la diminution du nombre de poissons due à la pêche réduit la prédation des poissons sur les larves de méduses. Un cercle vicieux qui pourrait mener à la dominance des méduses.En Méditerranée occidentale, cette même méduse Pelagia noctiluca vit tapi dans les profondeurs, ne remontant que pour se lancer dans des « razzias » en essaims très importants avant de repartir dans les profondeurs laissant un grand vide derrière eux. Ces raids sont peu visibles pour le public. Ceux qui font le malheur des baigneurs sont les mêmes méduses en fin de vie qui remonte à la surface pour se trouver drossée à la côte au grès des courants. Malheureusement pour les baigneurs, même en fin de vie, leurs cellules urticantes fonctionnent encore parfaitement.Pour comprendre, et éventuellement prévenir ces phénomènes, il est essentiel de suivre le cycle biologique des méduses en fonction des saisons à travers des prélèvements planctoniques, des observations/identifications et des comptages toute l’année.L’objectif est de définir les cycles des méduses méditerranéennes, leur impact sur les autres êtres vivants, notamment le plancton en apportant aussi une attention particulière aux prédateurs des méduses.

3 thoughts on “La prolifération des méduses

  1. Khamor dit :

    I really enjoy the blog article.Thanks Again. Keep writing.

  2. Kiwisa dit :

    Les méduses à la rescousse de l’environnement : bravo aux chercheurs de la station marine de Villefranche !
    http://www.inserm.fr/actualites/rubriques/actualites-recherche/les-meduses-a-la-rescousse-de-l-environnement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>